Utilisation d'un Tour

Utilisation affûteuse de foret

9 Janvier 2010 , Rédigé par serge79 Publié dans #Outils en Acier Rapide

Utilisation d’une affûteuse à foret.

Désolé mais je ne me souviens plus de la marque de cette machine, cela fait déjà pas mal d’année que je ne travaille plus, alors...

J’espère donc que cela vous sera tout de même utile.

 

fig 1

 

fig 2b

Réglage de l’angle de pointe

Basculer le secteur (1) dans le sens désiré et le bloquer dans sa position par la vis (2). L’angle désiré est lu sur le secteur (3), (fig. 3).

 

fig 3


Mise en place du vé symétrique approprié.

Petit vé pour forets de Ø 5 à 15, suivant la longueur du foret.

Grand vé Ø 12 à 40, suivant la longueur du foret.

Vé extra long Ø 15 à 50, suivant la longueur du foret.

 

fig 4

 

Après nettoyage des parties frottantes, poser le vé bien à plat dans sa glissière et le pousser vers l’avant pour engager son taquet (4) sous la lame de maintien (5) (fig. 4 et 5).

Poussez jusqu’à amener l’avant du vé quelques millimètres de la meule. S’assurer, par va et vient du berceau-raquette, que celui-ci ne touche pas la meule.

 

fig 5

 

Emmanchement de la queue du foret.

a/ Dans une douille diviseur (fig. 6) s’il s’agit d’un foret à queue conique au CM1, CM2, CM3 ou CM4.

b/ Dans un mandrin, genre « jacob », s’il s’agit d’un foret à queue cylindrique.

A noter qu’en raison de son propre poids le mandrin utilisé doit surtout être fonction du Ø du foret et de sa longueur, ce pour éviter à ce dernier une flexion exagérée, nuisible à un affûtage précis.

 

fig 6

 

Présentation du foret sur le berceau.

Présenter d’abord l’extrémité sphérique (6) de la douille dans l’alvéole aménagée dans la noix (7) dont le cliquet (9) sera au préalable écarté (fig.7 et 8).

Reposer ensuite le foret sur le vé.

 

fig 7

 

fig 8

 

Réglage du parallélisme du foret.

Débloquer la noix (10) en desserrant le volant (11) puis faire coulisser cette noix dans le sens désiré jusqu’à constater que le foret repose parfaitement sur son vé, ce que l’on peut aisément constater en faisant tourner le foret sur lui-même après avoir écarté le cliquet.

 

fig 9

 

Réglage des faces de dépouille.

a/ S’assurer d’abord que l’un des crans de la douille ou queue diviseur est bien en prise avec le cliquet et le pivot porte foret soit à la position zéro.

 

fig 10

 

b/ Débloquer la poignée moletée (11) qui libérera le porte cliquet (12).

 

fig 11

 

c/ Amener le guide (13) en position de contrôle sur le foret (fig. 12). Faire ensuite tourner le foret sur lui même en se servant de la manette comme levier jusqu’à mettre en contact la lèvre contre la touche.

d/ Bloquer le porte cliquet dans la position obtenue.

 

fig 12

 

Réglage approximatif de la distance du bloc coulissant.

Cette distance est fonction de la longueur du foret avec sa douille ou mandrin.

Pour déplacer le bloc (14), desserrer le volant (15) dans le sens indiqué en le maintenant pendant le déplacement car dès qu’on le lâche celui-ci fait auto-freinage grâce à un ressort approprié.

 

fig 13

 

Le foret étant positionné selon le processus ci-dessus débloquer le support porte-foret à l’aide du levier situé à gauche de la table et afficher l’angle de la 1ère pente désirée (dépouille = 7°). Rebloquer le pivot. Faire l’approche du foret (simultanément sur les deux lèvres) à l’aide du bouton d’approche du patin (16) tout en effectuant un mouvement de va et vient de l’appareil à l’aide de la commande de balayage. Dès que les deux lèvres ont une largeur supérieure ou égale à la lèvre du foret, vous pouvez passer à la 2ème pente désirée (28°).

fig 14

Attention :

Des passes trop fortes risquent de brûler les lèvres et d’écarter le foret de sur son vé, ce qui risque de compromettre la précision d’affûtage.

Le foret étant maintenant en place sur le berceau de l’appareil, il faut s’assurer que la distance du foret à la meule est correct, c’est à dire que la première lèvre du foret doit se trouver presqu’en contact avec celle-ci alors que la queue coulissante (8) du bloc (14) se trouve en butée arrière. Ceci pour s’assurer une réserve de donnée de fer suffisante. Dans le cas contraire, régler la course de la queue et déplacer le bloc coulissant en conséquence, c’est à dire que le foret doit toujours se trouver quelques dixième de millimètres de la meule .

 

fig 15

 

L’opération d’affûtage terminée, la ligne d’intersection des deux pentes de dépouille doit être parallèle à l’arête du foret.

 

fig 16

 

NB : si cette position n’est pas obtenue, cela peut être dû à un mauvais positionnement du foret, aussi bien sur son vé qu’en orientation sur lui-même. Vérifier donc ces deux positionnements et recommencez l’opération.

En fin d’opération , lorsque toute trace d’usure aura disparu, il est bon de donner une ou deux passes très légères et très lente, sans donner de fer, les coupes seront ainsi bien franches et lisses.

 

foret en bout

 

Nota :

Pendant le meulage, maintenir le foret sur son vé avec la main gauche (fig. 15). Un trait du tambour (rep.16) = 0,02 mm d’avance.

Vue en bout du foret affûtage terminé.

Notez que vous avez la possibilité de réaliser avant démontage,  un amincissement de l’âme du foret, si la machine possède une seconde meule avec un basculement vertical.

 

amincissement


Si vous n’avez pas cette possibilité, il vous restera à faire cette opération manuellement sur un touret standard, en utilisant l'angle de la meule.

 

De bonnes explication sur l'affûtage en vidéo ICI

Commenter cet article

jean 16/02/2017 10:25

Bonjour,
Très bonnes explications. Quel logiciel avez vous utilisé pour réaliser les vues en coupe ? Merci !