Utilisation d'un Tour

Parcours professionnel.

4 Mars 2010 , Rédigé par serge79 Publié dans #divers

Après un apprentissage à l’école professionnelle Fiat France division Unic à Puteaux de 1966 à 1969, j’ai eu la chance d’exercer mon métier pendant 35 ans dans différentes entreprises, ainsi, j'ai eu l’occasion d’apprendre beaucoup de choses.

Je tiens à remercier toutes les personnes avec qui j’ai travaillé, car ce n’est qu’avec les autres que l’on peut progresser dans son métier.

Embauché comme tourneur stagiaire à l’usine Renault de Flins, Septembre 1969, dans le service entretient, j’y suis resté jusqu’à l’obtention de ma qualification de P3 en 1976. Là, j’ai appris à travailler entre autre, le caoutchouc, réalisé des coussinets, donc des pièces en deux parties, collées à l’étain.

J’ai travaillé ensuite dans diverses petites entreprises, comme le Profilméca à Mantes la Jolie, là j’ai appris à travailler avec un projecteur de profil installé sur la machine, pour pouvoir suivre correctement le profil à réaliser, en me servant des deux manivelles, transversal et traînard en même temps. J’ai utilisé des outils au borazon, pour l’usinage dans les aciers ayant subit un traitement de dureté, on obtenait des états de surface aussi bon qu’en rectification.

Puis je suis parti dans le Sud, pour travailler dans un premier temps dans une entreprise où j’ai réalisé des moules pour l’obtention de pièce en élastomère, réalisé des pièces pour l’aviation Eurocopter.

Puis embauché au ministère de la défense en 1980 à la suite d’un concours à l’Arsenal de Toulon comme tourneur, mais là il a fallu recommencer comme Tourneur P1, et attendre l’accès à un concours pour le passage de P2, soit 15 ans d’attente 1995, puis le passage de P3 en 1998 grâce au désistement d’une personne qui ne voulait pas tenter l’examen.

À l’Arsenal, j’ai changé régulièrement de service, soit volontairement, soit du fait de restructurations, ce qui m’a permis de découvrir plusieurs aspects du métier.

En tôlerie chaudronnerie, où j’ai réalisé des collecteurs vapeur, avec plusieurs sorties donc montage en plateau équerre, réalisé des raccords HP en laiton HR.

En pyrotechnie où, j’ai travaillé, non pas des matières actives, ce qui se réalise sur une machine automatique, et à distance, le plus gros travail qu’ils ont réalisé, est la découpe d’une torpille de Ø 500 mm avec de la matière active, donc pas évident. Mais j'ai appris le repoussage, usiner des pièces d’épaisseur très fine, étudié et réalisé le sertissage de boîte devant par la suite contenir de la matière active.

En Étude de Technique sous Marine, là où à été étudié, réalisé et monté le Nautile, là j’ai travaillé des matériaux particuliers, et réalisé des pièces devant supporter de grandes pressions, et découvert le monde sous-marin.

Puis dans un autre service où j’ai eu l’occasion de suivre une formation d’affûtage de fraises, et de pratiquer pendant deux ans cette activité très intéressante.

J'ai travaillé par la suite sur une base d'essai où l'on mesurait les effets des Dommages dus aux Rayonnements électromagnétique sur les Armes et les munitions (DRAM). Rayonnement radar et radio, là j'ai approché entre autre le Rafale marine, super étendard modernisé, Tigre, NH90, Puma, Super Puma, pour leurs validation d'apontage sur le Charles de Gaule.

Et j'ai terminé ma carrière dans un magasin d'armes.

Voilà une vie professionnelle, pas trop mal remplie, et j’ai comme devise, “une journée où l’on n’a rien appris est une journée de perdue”.

Commenter cet article

thierry 29/03/2010 21:37


bonsoir et bien voila 1 VIE professionnel au milles rebondisement et comme je vois tous ces metiers on apporter 1peux plus de connaissances a chaque fois et apparement vs avier l'amour de tous ces
metier et bien voila jspr que votre retraite sera tout aussi atraiyante que votre vie professionnelle bonne continuation cordialement.


brico93 04/03/2010 21:59


Bsr Je suis ce blog et l'enregistre régulièrement. bravo pour votre engagement à communiquer sur votre métier avec tant de précision.
Je suis sur le 93, mais j'ai un ami qui a travaillé à l'arsenal de Toulon en chaudronnerie, peut-être vous connaissez-vous il s'agit de André M...
Si cette coincidence s'avérait exacte le vieil adage se confirmerait :"Il n'y aque les montagnes qui ne se rencontrent pas"
Cdt
brico93


serge79 04/03/2010 22:58


Bonsoir
Oui il est possible que je connaisse votre ami, des André, il y en avais plusieurs, pour ce qui est de leur nom de famille, le M ne me dit rien, mais je dois reconnaître que j'ai un peu la mémoire
des noms qui aurai tendance à faiblir ... alors.
Si vous voulez, vous pouvez me contacter personnellement en utilisant le lien Contact.
Bonne soirée
Cordialement
serge